samedi 28 novembre 2009

Tintin au Congo.


Hergé dessine et écrit "
Tintin au Congo" en 1930 et 1931. Il s'agit du second album des aventures du reporter. L'idée en revient à l'abbé Norbert Wallez, directeur du quotidien "le vingtième siècle" où Hergé (alias Georges Remi) est embauché en 1925. Après avoir plongé Tintin en Bolchévie ("Tintin au pays des Soviets"), Wallez convainc le dessinateur le dessinateur de s'intéresser au Congo, l'unique, mais gigantesque colonie belge, un territoire 80 fois plus grand que celui de la métropole!


http://www.astrosurf.com/luxorion/Sciences/tintin-au-congo.jpg
Couverture de l'album (version 196?).

La colonisation du Congo fut tout à fait particulière, une des plus sauvages et des plus singulières du continent.


Lire la suite de l'article sur Samarra.


vendredi 27 novembre 2009

L'invention du cinématographe.

Le 28 décembre 1895, des spectateurs médusés découvrent le cinéma dans une salle de spectacle de Paris, dans le sous-sol du Grand Café, boulevard des Capucines. Les frères Lumière sont les organisateurs de cette première projection publique. Le ticket ne coûte qu'un franc et la séance dure un quart d'heure. Dix films sont projetés, notamment “la Sortie de l'usine Lumière à Lyon“, “l'arrivée du train en gare de La Ciotat“.

http://img2.allposters.com/images/IMC/G80909.jpg

Justment le facétieux Boris Vian propose avec sa chanson “cinématographe” une admirable peinture des moeurs de la société de son époque. Il se souvient d'abord, petit enfant, de l'excitation qui le gagnait une fois assis dans la pénombre, l'expérience extraordinaire que constituait pour lui une sortie au cinéma.

Lire la suite de l'article sur l'histgeobox. Nous y revenons sur l'invention et le développement du cinématographe (extraits de vieux films…).

mercredi 25 novembre 2009

Ressources sur la colonisation.

http://www.ldh-toulon.net/local/cache-vignettes/L350xH429/progres_civilisat_commerce-16871.jpg

Quelques rappels des grandes notions sur Bricabraque.

- La colonisation et ses étapes.

- Les expositions coloniales.

- Le colonialisme.

- La conférence de Berlin.

- Fachoda.

- Négritude.

- Le génocide des hereros.

Hommages musicaux à deux grandes figures de la lutte contre la colonisation européenne.

- Lat Dior, roi du Cayor (actuel Sénégal).

- Samory Touré en Afrique occidentale.


* La conquête, puis l'exploitation coloniale avec:

- Un rap de Kanye West permet à Etienne Augris de revenir, entre autres, sur l'un des principaux artisans de la colonisation britannique en Afrique: Cecil Rhodes.


- Le tube de l'indépendance congolaise (et de l'Afrique occidentale française en général) "indépendance cha cha" nous donne l'occasion de nous pencher sur la colonisation particulièrement brutale de l'immense Congo Belge.

Portraits:
- du futur dirigeant de la Côte d'Ivoire: Félix Houphoüet Boigny( article rédigé avec Etienne Augris).

- de Kwame N'Krumah qui lutte avec pugnacité contre le colonisateur britannique en Gold Coast, c'est-à-dire le futur Ghana.



La propagande coloniale utilise tous types de supports dont la chanson populaires:

- Etienne Augris nous présente une des chansons coloniales les plus célèbres: "ma Tonkinoise". Vous trouverez aussi dans l'article un entretien video avec Pascal Blanchard, historien de la culture coloniale dans la France républicaine.

- Chansons coloniales 1: la veine héroïque.

- Chansons coloniales 2: l'exotisme géographique.

* Enfin J.C. Diedrich revient sur "la victoire en chantant" de J.J. Annaud ", "
un film très grinçant sur la guerre et le colonialisme".

Liens:
- Sélection de liens utiles sur la colonisation.
- de nombreux articles passionnants sur le site de la section toulonnaise de la ligue des droits de l'Homme.

jeudi 12 novembre 2009

Powerpoint sur la colonisation.

Nous venons d'aborder un nouveau chapitre en histoire. Voici le premier diaporama utilisé en cours: les fondements de l'expansion européenne.

mardi 3 novembre 2009

Pour mieux connaître les principaux mouvements picturaux...

Le site peintre-analyse.com propose de nombreuses ressources sur les principaux courants picturaux des XIX et XXèmes siècles évoquées en cours avant les vacances.
Cliquez sur les menus suivants pour en savoir plus sur...

... les peintres:




... les analyses de tableaux:




... les mouvements picturaux:




... les genres, l'histoire, la technique:




samedi 24 octobre 2009

La Grande Terreur (août 1937- novembre 1938).



Le dernier ouvrage que l'historien Nicolas Werth consacre à la Grande Terreur:" L’Ivrogne et la Marchande de fleurs. Autopsie d’un meurtre de
masse, 1937-1938", Paris, Tallandier, 2009.


Staline entend éliminer les "ennemis" de l'Etat soviétique, selon la logique de la lutte des classes. Les koulaks, autrement dit les paysans qui s'opposent à la collectivisation sont qualifiés d'"exploiteurs". Les ouvriers qui refusent la course à la productivité ne sont plus considérés comme des prolétaires , mais comme des "saboteurs". Les anciennes élites tsaristes, "gens du passé" (selon la terminologie en vigueur) ne méritent aucun ménagement. Tous sont voués aux "poubelles de l'histoire". En juillet 1937, Staline et son commissaire du peuple à l'Intérieur, Iejov, déclenchent l'éradication de tous les "éléments socialement nuisibles" et "appartenant au passé".

Dans la directive secrète n°00447 du 30 juillet 1937, envoyée aux responsables régionaux de la police politique, Iejov affirme que le "temps est venu d'éliminer une fois pour toutes les éléments qui sapent les fondements de l'Etat soviétique". Ces éléments sont principalement d'anciens koulaks, des "spéculateurs" (souvent d'ex-commerçants ou artisans vivotant grâce au marché noir), des membres du clergé orthodoxe, des fonctionnaires et officiers de l'ancien régime, d'anciens membres de partis politiques non bolcheviques encore en vie, des délinquants...

Joseph Staline et Nikolaï Iejov.

Joseph Staline et Nikolaï Iejov (à sa gauche).


Joseph Staline.

Iejov, exécutant en chef de la Grande Terreur pour le compte de Staline sera lui-même éliminé rapidement. Staline fait donc retoucher les clichés sur lesquels Iejov apparaît.

Parallèlement, Staline et Iejov mènent une dizaine d'opérations de masses visant des minorités ethniques. Ces citoyens soviétiques d'origine polonaise, allemande, balte, finlandaise sont soupçonnés d'être des espions à la solde de puissances étrangères, hostiles à l'URSS. Pour Nicolas Werth, ces ""opérations nationales " indiquaient un changement, qui allait s'affirmer avec force au cours des années suivantes: l'ennemi était désormais ethniquement- et non plus socialement- ciblé."

Ce post est un extrait d'un article que nous consacrons au stalinisme sur l'Histgeobox.

Sources:
- Jean-Louis Van Regemorter: "Le Stalinisme", documentation photgraphique n°8003, juin 1998.
- Nicolas Werth: "La vérité sur la Grande Terreur", in L'Histoire n°324, octobre 2007.
- Mark Grosset et Nocolas Werth: "les années Staline, éditions du chêne, Hachette, 2007.
- F. Armand et F. Barthélémy: "Le Monde contemporain. L'histoire en terminale", Seuil, 2004.

Liens:
* Sur les blogs d'Etienne Augris:
1. " dossier sur le modèle soviétique" .
2. "La Hongrie sous le stalinisme".

* Sur le blog de Richard Tribouilloy:
- "purges et procès staliniens en Europe de l'Est (1948-1953)".
- " Staline par l'image": première et deuxième parties.

* La vie des idées: "La grande Terreur".

* Le Boomer Café: "3 décembre 1952: exécution des condamnés de Prague."

* Bricabraque:
- "Le modèle totalitaire stalinien s'abt sur l'Europe".
- "Le jdanovisme".
- "Le rapport Khrouchtchev".
- "Printemps de Prague et doctrine Brejnev".
- "Les dissidents".

* Une présentation des fondements du "réalisme socialiste".

* des films et livres sur le sujet:
- Arthur London: "Le zéro et l'infini" et "l'Aveu". Rescapé des purges tchécoslovaque, l'auteur témoigne des simulacres de justice au cours de la Grande Terreur ou des purges au lendemain de la guerre dans les démocraties populaires. Publié en 1968, 'l'aveu' est adapté à l'écran par Costa-Gavras, sous le titre de "l'aveu" (Yves Montand interprète le personnage principal).


http://films.blog.lemonde.fr/files/aveu.jpg
Affiche du film "l'aveu".

- "Vie et destin", le sublime roman-fleuve de Vassili Grossmann. Voir ce qu'en dit Pierre Assouline sur son blog.

mercredi 7 octobre 2009

Exercices de révision sur les courants picturaux.

Pont de Charing Cross (1906) par André Derain (1880-1954)





Sur son blog, Corine Budde propose à ses élèves un exercice autour des courants picturaux de l'âge industriel. Voilà une excellente occasion de vous entraîner vous aussi.


A lire ici.

samedi 3 octobre 2009

Courants picturaux de l'Age industriel.

diaporama: courants picturaux




Ci-dessus, le diaporama du cours sur les principaux mouvements picturaux de l'Age indistriel: réalisme, impressionisme, fauvisme, cubisme...

mercredi 23 septembre 2009

vendredi 18 septembre 2009

D'autres blogs à consulter.

Je vous invite à aller faire un tour sur d'autres blogs destinés aux élèves de première:

- Celui d'Etienne Augris, sur lequel vous trouverez, entre autres, de nombreux articles en lien avec la société industrielle.

- Le blog de Jean-Christophe Diedrich (avec notamment de nombreux approfondissements sur la seconde guerre mondiale).

- Le tout nouveau blog de Richard Tribouilloy.

lundi 14 septembre 2009

Les Temps modernes de Chaplin.




Charles Chaplin réalise les "Temps modernes", en 1936. Son personnage de Charlot bénéficie déjà d'une extraordinaire popularité. Il invente son personnage de vagabond au grand cœur deux décennies plus tôt, à la veille de la grande guerre. Charlot incarne la souffrance de tous les déshérités. Les "temps modernes" marque la dernière apparition de Charlot à l'écran , dans un contexte nouveau pour lui, celui de la Grande Dépression. Le chômage de masse coïncide alors avec mécanisation industrielle.


Lire la suite de l'article

jeudi 10 septembre 2009

Liens utiles: l'Age industriel.

"Je vous présente un petit gaillard qui nous donnera bien de la satisfaction ! Hier, il s'est
mis à pleurer en me voyant faire la paye aux ouvriers !"

Caricature : "Le bourgeois" publiée dans L'Assiette au beurre (1906).


- Des documents divers, mais intéressants sur ce chapitre.

- "Le Creusot ou Schneiderville?" sur un des nombreux blogs d'E. Augris.

- Le nord de la France: du passé industriel aux réalisations d'aujourd'hui (site de l'académie de Limoges).

- Une chronologie sur les deux grandes industrialisations.

* Sur le blog première de M. Augris:

- Paris d'est en ouest, de gauche à droite et d'hier à aujourd'hui.

- Paris 1900 : haussmanisation, embellissement et transformations.

- Abus de position dominante et "révolution commerciale" à la fin du XIXème siècle.

- 1855 : Bessemer met au point son convertisseur de fonte en acier.

- 1854 : Naissance de l'ascenceur moderne.

6 août 1945: Enola Gay bombarde Hiroshima.

Les ruines d'Hiroshima après le bombardement.

Truman, en tant que vice-président, succède à F.D. Roosevelt, à la mort de ce dernier, en avril 1945. Il ne sait alors absolument rien des recherches en cours pour mettre au point la première bombe atomique. Elles ont pourtant débuté en juin 1942, sous la direction du général Leslie Groves, responsable du projet Manhattan (nom de code donné en 1941 au programme de recherches sur l'arme atomique). Groves et Henry Stimson, secrétaire à la guerre, le mettent au courant lorsqu'il prend ses fonctions.

Alors qu'il se trouve à la Conférence de Potsdam, le nouveau président américain apprend avec satisfaction que le premier test nucléaire réalisé (le 16 juillet 1945) a réussi “au delà de toute espérance”. Quelques jours plus tard, Truman approuve la décision de mener une campagne de bombardements atomiques sur le Japon.(…)

Arrivé au dessus d'Hiroshima, Enola Gay, l'appareil du colonel Tibbets largue la bombe à 8 heures 15 minutes et 17 secondes (heure locale), le 6 août 1945. Cet événement dramatique inspire au groupe Orchestral Manoeuvres in the Dark un morceau intitulé “Enola Gay” (1980): un tube énorme. Les paroles évoquent le petit garçon (”little boy” est le nom donné à la bombe!) et chantent “tu aurais dû rester à la maison hier… »


Lire la suite de l'article sur L'Histgeobox.

Diaporama sur les transformations de l'âge industriel.


Ci-dessus le diaporama du premier chapitre d'histoire.

mardi 8 septembre 2009

La Ford Model T.




La Ford T est une automobile produite par la Ford Motor Company de Henry Ford entre 1908 et 1927. Elle s'impose très vite comme une voiture solide et fiable. Elle rencontre un succès exceptionnel, notamment car la politique salariale de Ford la rend relativement accessible.

Pour en savoir beaucoup plus, vous pouvez lire l'article passionnant qu'Etienne Augris consacre à cette voiture qui devient bien vite un objet indispensable célébré (entre autres) par les bluesmen.

Les principales innovations de l'âge industriel



Cliquez sur les rectangles afin de pouvoir lire l'intégralité de la légende.

lundi 24 août 2009

L'affaire Soleilland (1907).

En exerçant son droit de grâce dans l'affaire Soleilland, le président Armand Fallières provoque la colère d'une grande partie de l'opinion. Cédant sous la pression, il n'utilisera plus ce droit et de nombreuses têtes tomberont à la fin de son mandat.

Au cours de la première décennie du XXè siècle, le camp des abolitionnistes (dont Clemenceau, Aristide Briand, Jaurès) semble même en passe de l'emporter. C'est alors que survient l'affaire Soleilland. Le 31 janvier 1907, à Paris, une fillette de 11 ans, Marthe Erbelding, est violée par un ami de ses parents. Ce crime sordide change totalement la donne. Comme le rappelle Jean-Marc Berlière (voir sources), "ce crime aura pour conséquence de repousser de trois quart de siècle l'abolition de la peine de mort."


A lire sur l'histgeobox.


lundi 27 juillet 2009

Les résistances africaines à la conquête coloniale: Samory Touré.

L'empire de Samory Touré.

Les résistances à la conquête coloniale française en Afrique subsaharienne auraient été très marginales. Cette affirmation est une idée-reçue qui a encore parfois la vie dure. Pourtant, les troupes coloniales rencontrèrent souvent de vives résistances lors de leur pénétration du continent. Un de leurs adversaires les plus déterminés fut l'Almamy Samory Touré.


Retour sur ce personnage sur l'Histgeobox.

vendredi 26 juin 2009

Le génocide arménien en BD.


Avant le Génocide des Hereros (un article sur ce blog), des Juifs et le Génocide au Rwanda (voir l'article d'E. Augris sur Samarra), il y eut le Génocide arménien lors de la Première Guerre mondiale. Pour approfondir ce sujet, vous pouvez lire l'article de J.-C. Diedrich à propos d'une BD de Paolo Cossi qui s'intitule "Medz Yeghern, Le grand mal", parue chez Dargaud cette année.


Lire l'article et voir un extrait sur Samarra

mercredi 17 juin 2009

Les esclaves sexuelles de l'armée japonaise.

Un soldat britannique et une "femme de réconfort" libérée.

Les Japonais ont mis en place pendant la guerre un système de prostitution aux armées.

La prise de Nankin par l'armée japonaise, en décembre 1937, est un des plus grands massacres du second conflit mondial: près de 100 000 morts, la plupart après la fin des combats, mais aussi 8000 à 20 000 viols. Cet épisode provoque un tollé dans le monde entier et l'état major de l'armée japonaise prend vite conscience de la nécessité de mettre un terme aux viols qui ruinent l'image de l'armée impériale. Afin aussi de limiter les risques de propagations de maladies vénériennes au sein de l'armée, il est décidé de mettre en place des bordels aux armées.

Photos de "femmes de réconfort".

Le recrutement des prostitués pose problème. Comment s'assurer en permanence d'un nombre suffisant de prostituées?
On recrutait des jeunes femmes, souvent coréennes, soit en les trompant sur leur emploi futur, soit en les achetant à leurs familles, soit en utilisant les réseaux proxénètes déjà existants. Certaines de ces "femmes de réconfort" furent purement et simplement enlevées. Les sévices subis s'ajoutèrent aux souffrances partagées avec les soldats en campagne. Même si ces femmes étaient généralement payées, ce vaste système prostitutionnel, largement sous contrainte, organisé par l'armée à l'échelle d'une région entière, est d'une ampleur sans égale dans le reste du monde en guerre.

L'armée se dote donc, dans les territoires qu'elle occupe, de "maisons de confort", qui sont en réalité des maisons closes. L'armée, la marine, ou des gouvernements locaux dirigent directement ces établissements, en fixant notamment les règlements (heures d'ouverture, interdiction de l'alcool, visites médicales).

Un convoi de "femmes de réconfort".

L'armée japonaise, à partir de 1938, met donc en place un immense réseau de bordels militaires. Parmi les 50 000 à 200 000 prostituées, beaucoup (des Coréennes surtout) peuvent être assimilées à des travailleuses forcées. D'autres (Chinoises, Philippines, Indonésiennes, mais aussi des Néerlandaises installées en Indonésie, alors colonie des Pays-Bas...) furent kidnappées par les militaires, généralement après avoir été violentées; elles furent traitées en esclaves sexuelles.
Ainsi, le cas de la "maison de réconfort" de Samarang, située dans un camp de prisonnier. 35 Hollandaises y furent kidnappées, violées et forcées à la prostitution. Ce fut le seul cas de victimes, après guerre, a aboutir à un procès, qui se tint à Batavia, en 1948.

Leur cas, longtemps presque ignoré, constitue depuis 1990 un contentieux entre le Japon et la Corée du sud. Si Tôkyô a, en 1992-1993, reconnu ses responsabilités et présenté des excuses, l'indemnisation des victimes survivantes et la poursuite des coupables n'ont pas été réglées. Les puissants mouvements de citoyens coréens n'hésitent pas à pratiquer la surenchère, ce qui empêche toute solution définitive à cette douloureuse question.

Planche extraite de"Femmes de réconfort", un manhwa coréen. Etienne Augris nous a présenté cet ouvrage sur Lire-Ecouter-Voir.

Sources:
- "Massacres dans le Pacifique" entretien avec J.L. Margolin, in L'Histoire n°333.
- Jung Kyung-a:"Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l'armée japonaise.", Au diable vauvert, 2007.

Liens:
- Compte rendu de l'ouvrage de George Hicks consacré aux "femmes de réconfort".
- L'article de Wikipédia consacré aux "femmes de réconfort".
- Les "femmes de réconfort" exigent justice pour toutes les femmes par Ariane Brunet.

* Sur le riche site de la section toulonnaise de la Ligue des Droits de l'Homme:
- "La mémoire armée du Japon."
- "En mémoire des femmes de réconfort".

mardi 12 mai 2009

Les programmes de seconde et première en chansons.

Les hymnes ont une histoire n°1: L'hymne italien, une histoire mouvementée (première). Retour sur la genèse de ce morceau et le long chemin qu'il dut emprunter avant de devenir l'hymne national italien.

108. Joan Baez: "Here's to you.". (première)
Trois chansons en hommage aux deux anarchistes italiens sacrifiés sur l'autel de la "red scare".

103. De Georges Moustaki à Joey Starr : "Le métèque" (seconde et première) Moustaki reprend à son compte pour mieux s'en moquer les stéréotypes sur les étrangers.

77. Rita Mitsouko: "la sorcière et l'inquisiteur" (seconde) L'interrogatoire d'une sorcière par un inquisiteur, qui tombe sous le charme de sa victime...

89. Chant révolutionnaire : "la guillotine permane... (seconde) L'utilisation de l'invention de monsieur Guillotin à partir de la Révolution française.



58. Joe Dassin:'La bande à Bonnot". (première) Retour sur le parcours de la bande à Bonnot, qui sema la terreur dans le Paris de la Belle Epoque.

79. Jacques Brel:"Jaurès". (première) Un hommage en chanson au leader du socialisme français.


91. Akhenaton : "La Cosca" (première) Une plongée dans l'univers labyrinthique des mafias.

98. Prince Buster:"Al Capone". (première) Un titre explosif consacré à ce mafieux américain, spécialisé dans la vente d'alcool.

119. Randy Newman:"Sail away".
La traite négrière vue par un esclavagiste.

121. Joseph Kabasele & l'African Jazz : "Indépendance cha cha". (première) En 1960, cette chanson devint l'hymne de l'indépendance du Congo.

122. "La Tonkinoise" (1906). (première) La chanson coloniale type, véhiculant des stéréotypes alors très répandus.

123. Raphaël "Schengen" (2005). (première) La circulation des hommes dans l'espace Schengen avec Raphaël.

125. J.R. Caussimon: "La Commune est en lutte". (première) Une chanson d'espoir autour de la Commune de Paris (1871).

127. Sagbohan Danialou: "Commerce Triangulaire (seconde). Le chanteur béninois interprète ici une émouvante chanson sur le commerce triangulaire.

- 155. Arthur H: "le chercheur d'or". (première) Le titre permet d'évoquer la découverte de pépites d'or en Californie en 1848 et la ruée qu'elle entraîne vers le littoral Pacifique des Etats-Unis, sous l'oeil d'un chercheur d'or.

- 146. Kinks: "Churchill says". (1969). (première) Le premier ministre britannique convainc les Britanniques de lutter, lutter et encore lutter contre l'agrasseur nazi lors de la bataille d'Angleterre. Les Kinks lui rendent un hommage teinté d'ironie.

- 145. Golden Gate Quartet: "Stalin was not Stallin". (première) Le groupe de gospel nous raconte une histoire imagée anti-nazie et revient sur l'invention d'Hitler. Surprenant.

- 140. Alpha Blondy : "Sciences sans conscience". (seconde) Réflexion du reggaeman ivoirien sur cette formule célèbre utilisée par le géant Gargantua pour son fils Pantagruel dans le roman de Rabelais.

- 131. Neil Young:"Cortez the killer". (1975). Le loner dresse un portrait terrifiant du conquistador espagnol.

- 132. Pierre Jean Béranger:"Les souvenirs du peuple". Murat a puisé dans les textes du célèbre chansonnier Béranger révérant Napoléon Ier.

Si vous avez des suggestions de titres, n'hésitez pas à le dire en commentaire.

vendredi 6 mars 2009

Le führer, une invention diabolique.




La conception de la légalité selon Adolf Hitler.


En 1943, malgré la grève dans les studios (le record ban), le Golden Gate Quartet enregistre un morceau d'actualité écrit par Willie Johnson, Stalin' wasn't Stallin'. Il adapte en fait un ancien titre du groupe (the preacher and the bear). Cette histoire imagée anti-nazie revient sur l'invention d'Hitler.


Lire la suite de l'article sur l'histgeobox.


mardi 27 janvier 2009

La chanson coloniale n°1.

La chanson représente un support idéal pour transmettre toute forme d’idéologie. Ainsi, elle sera largement utilisée pour véhiculer le discours colonial. Or, comme l'affirme Alain Ruscio, grand spécialiste de la question : "la chanson coloniale et exotique a bercé plusieurs générations de Français, imprégnant les esprits de clichés réducteurs, alternant les genres : du comique pas toujours délicat au romantisme des tropiques, en passant par la veine héroïque, « sabre au clair face aux hordes sauvages »".

Le Parti colonial a rapidement saisi la portée et l’importance de ce vecteur d'opinion. Avec la conquête, on pouvait tout de suite véhiculer les idées prônant l’expansion, puis la consolidation de l’Empire. La force de la chanson est double. D’abord elle laisse des traces dans l’opinion publique (tout le monde peut fredonner certains airs connus). Ensuite, on y trouve l’idéologie « à l’état pur. Dans une chanson, il faut dire l’essentiel en quelques phrases, et pour le plus grand nombre » (cf: Alain Ruscio) .

Lire la suite de l'article et écouter de nombreux extraits musicaux sur Samarra.